Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 00:02

(Grille gratuite)

Bonjour

C’est à la suite d’une visite au jardin, après ce rude hiver,
que Mamigoz démoralisée par tant de dégâts,
 se laissa tomber d’un bloc, sur le canapé.

Ses "  Doudous Bananiers "... morts,
ses deux mimosas également.
Quant à " Kersauson ", ses petites feuilles toutes rabougries
et marron ne présagent rien de bon …Pauvre Olivier !
Les lilas sont en boutons près à éclore,
mais Mamigoz est triste, vraiment,
 pour son jardin exotique !

C’est avec empressement qu’elle gagne le garage
où Tacoz bricole maladroitement quelques babioles inutiles.

-      Viens, on s’en va !

Sans même poser de questions
Tacoz pose son rabot sur l’établi,
secoue la sciure de son plastron
et rejoint Mamigoz au salon.

Quelques vêtements jetés à la hâte dans une valisette
et les voilà partis pour de nouvelles aventures.
 

 En un rien de temps,
 ils se retrouvent se baladant au bord du bassin de Marrakech, admirant ce splendide Pavillon de la Ménara qui se reflète si élégamment dans les eaux claires.

La seule vue des palmiers est une invitation à la détente.

Après une longue balade dans les rues de la ville,
 à la recherche d’un petit palmier,
ils rejoignent leur hôtel,
heureux de cette escapade ensoleillée. 

414 - Mamigoz au Maroc color

Demain c’est le retour et déjà Mamigoz pense
 à la place qu’occupera dans le jardin,
 son tout nouveau pensionnaire.

Bonne journée
                                                                      
                                                                       

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 01:01

 Bonjour !

Vous souvenez-vous de l’interview de Tacoz il y a peu ?

Il s’ennuyait fort de sa Mamigoz.

Alors pour le consoler un peu,
Mamigoz lui a improvisé un petit week-end

…… en Australie. 

Couette-brodee-Mamigoz-41-4263.jpg

                                  Juste un week-end, me direz-vous ?

Mais dans le monde de l’imaginaire,
les voyages sont presque instantanés.
Une sorte de télé-portage ! 
 

Lorsque Mamigoz est rentrée toute joyeuse de chez son amie Tahitienne, Tacoz bien qu’heureux de la revoir, n’a pu s’empêcher de lui lancer :

-      La prochaine fois, j’irai voir les kangourous !

Aussitôt Mamigoz avec son entrain habituel :

-      Fais ta valise, on part de suite !...Moi, je rajoute une petite laine à la mienne….On ne sait jamais !

Et c’est ainsi que nos deux globe-trotters  se retrouvent au beau milieu du désert, au pied du célèbre rocher sacré vénéré par les aborigènes.  

Devant cette masse de grès rouge, ils restent un peu subjugués …

-      Ils sont balaises les dolmens dans le coin !

Mamigoz légèrement outrée se retourne vers Tacoz. 

-      Mais non Tacoz, ce n’est ni un dolmen, ni un menhir !
Passe-moi le dépliant, dans ton sac… Voilà :
Ayers Rock est appelé Uluru par les aborigènes. C’est un rocher sacré pour les aborigènes d’Australie. Il contient des sources, des mares, des cavernes et des peintures rupestres….Comme à Lascaux !  On le décrit souvent comme un monolithe…comme chez nous ! Mais il est en fait la partie émergée d’une formation rocheuse du sous-sol dégagée du sol par l’érosion.

Ce monolithe est vieux de 400 millions d’années !

….Et ce n’est qu’à la fin du XIXème siècle que William Gosse, un explorateur, lui donnera le nom d’Ayers Rock, du nom d’un homme politique australien nommé Henry Ayers.

Mamigoz semble un peu déçue. En un instant, le côté magique du lieu a disparu avec ces explications ....terre à terre, si j'ose dire !  

Mais déjà Tacoz n’écoute plus guère, il regarde un kangourou au loin.

Il ne semble pas farouche.

Tacoz le siffle, comme il le ferait d’un simple chien.

Et à la grande surprise de Mamigoz la bestiole  déboule en sautant.

C’est une jeune maman nullement effarouchée.

Tacoz se met à discuter avec elle,  personne ne sait, si elle comprend vraiment, mais toujours est-il, que bientôt  deux petites oreilles pointent hors de la poche.

Mamigoz ne peut s’empêcher de s’extasier

-      Oh, qu’il est mignon ce petit !

Une dernière petite caresse et le kangourou reprend sa route.  

Tacoz et Mamigoz tout heureux de cette journée passée en excursion, reprennent tranquillement  le chemin de l’hôtel… 

408--Mamigoz-en-Australie-color.jpg

A bientôt pour de nouvelles aventures. 
 

Bonne journée

 

N' hésitez pas à me laisser un petit commentaire !  

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 00:01







Une fumée épaisse envahit soudainement l’espace.

Mamigoz suffoqua quelques secondes.

La machine venait de s’arrêter tout net.

Elle en avait marre de ce jeu stupide,

Elle voulait juste sortir….mais elle était coincée à l’intérieur.

 Il allait en entendre le Tacoz !

Cette fois elle était à bout, elle n’en supportera pas d’avantage…

 D’un coup de pied rageur, elle ouvrit enfin cette porte qui la retenait prisonnière.

 

La stupeur, figea littéralement Mamigoz sur place.

Elle était là, statufiée dans un environnement hostile.

Devant ses yeux écarquillés, pas de salon, pas de Tacoz, mais à la place une forêt de fougères arborescentes, peuplée d’animaux gigantesques, de bruits bizarres.

Elle reconnaissait ce décor, c’était celui de Jurassique Park….Plus de doute, elle rêvait, elle cauchemardait tout au plus. Soudain, elle aperçut comme une clairière…Elle prit sa valise verte et hâta le pas vers ce qui semblait être un peu plus humain dans cet environnement hostile.

Elle devina bientôt au milieu de la verdure, une grotte. Elle scruta attentivement les alentours….. Pas de monstres en vue.

Elle s’approcha encore un peu et aperçut enfin, un feu qui éclairait le fond de cette grotte. Elle avait froid, ce n’est qu’en voyant ce signe de civilisation, qu’elle s’en rendit compte. Elle grelotta en entrant et s’assit près de ce petit feu, qu’elle alimenta aussitôt de quelques branchages  posés tout à côté….

Mamigoz un peu ragaillardie par la chaleur, observait cette grotte. Dans un coin, des os, de gros os. La pénombre livrant lentement ses secrets, elle sursauta …Il y avait là ce qui ressemblait à une de ces coques qu’elle avait souvent vue dans l’atelier de son cousin - qui était charpentier de marine - ainsi que dans les cimetières marins en Bretagne. Ces dépouilles de bateaux chargés d’histoire, qui n’en finissent pas de mourir. Ce spectacle qui la dérangeait depuis toujours, elle le retrouvait soudain dans cette grotte.

Elle s’en approcha tout de même.

S’il y avait bateau, il y avait forcément quelqu’un pour le construire.

Elle posa la main dessus, ce n’était pas du bois….des os, encore des os !

Dieu que cet animal devait être grand !

C’est alors qu’ un craquement la fit sursauter.

Derrière elle se tenait une sorte de Yéti.

Mamigoz ne voyait que sa silhouette haute et trapue se détacher en contre jour. La bête émit un râlement rauque.

Mamigoz tétanisée ferma les yeux….

Elle respira à fond ….Elle devait se réveiller, maintenant, là tout de suite ! Mais rien n’y faisait, elle était toujours dans son cauchemar.

Le monstre s’approchait d’elle, il la reniflait. 

Mamigoz, se lassa tomber dans une sorte de torpeur.

Lorsqu’elle reprit ses esprits, elle était à terre et ce monstre la traînait par la coiffe.

 

 

 

 

 

 

Il fit entendre un rugissement, qui eut pour effet de rassembler autour d’eux, une meute de son genre.

Enfin, il lâcha prise. Mamigoz se releva, redressa sa coiffe, épousseta son beau costume, et se mit à parler en breton, invoquant tous les saints du paradis à la rescousse.

Elle pouvait les voir maintenant à la lumière du jour.

Il ne s’agissait nullement d’animaux mais de drôles de choses, mi-bêtes, mi-hommes, vêtues de peau de bêtes. Ils grommelaient plus qu’ils ne parlaient. Ils formaient une tribu….une famille ?

 Le regard de Mamigoz fut attiré par un jeune, à l’écart.

Il était triste. Des traces de larmes sur son visage crasseux, avaient laissées des sillons rosés. Notre Mamy s’approcha, le petit se recula, méfiant. Il boitillait, il souffrait ne posant qu’avec peine  son pied nu  sur le sol empierré.

Mamigoz  retourna dans la grotte toute proche et en ressortit, tenant à la main sa valise verte.

Elle l’ouvrit devant les yeux médusés de ce qui devait être des femmes…. Leur curiosité, plus forte que leur crainte, les fit s’attrouper autour de cette malle aux trésors.

Mamigoz, fouilla dans sa petite trousse et en sortit une petite pince à épiler. Pendant ce temps les femmes sortaient les vêtements de la valise. Intriguées tout d’abord par leur aspect, elles ne tardèrent pas à les mettre autour de leur cou, cachant ainsi leurs colliers de petits cailloux percés, enfilés sur une lanière de cuir.

Elle fit signe au petit de venir et de donner son pied…Il était subjugué lui aussi par le contenu de la valise et approcha sans crainte.

En un clin d’œil Mamigoz ôta l’écharde.

Le petit lui sourit et retourna vers sa mère, il ne boitait plus.

Mamigoz offrit la pince magique à celui qui semblait être le chef et qui l’avait si rudement baladée dans le village.

En souriant il lui dit

-      Moi….Kromignon !

-      Mamigoz….Et je voudrais bien retrouver mon armoire !

       

Le petit qu’elle venait de soigner, lui fit signe de le suivre.

Derrière un buisson touffu, son armoire était là, certes, un peu abîmée, la corniche de travers, la porte dégondée.

Kromignon remboîta la corniche et fit signe à Mamigoz de regagner sa place.

Une fois installée, il referma la porte. Celle-ci grinça bien un peu. D’un seul coup de massue, il l'emboita.

Mamigoz pouvait repartir dans son temps.

 

 

Tacoz ne lui avait donné guère de renseignements sur la programmation de cette machine.

Elle remit la manette sur la position  retour maison

Mais rien n’y faisait. La machine restait muette.

 

De son côté Tacoz paniquait !

Qui lui ferait à manger ce soir ? Demain …..et les jours suivants.

Il regrettait déjà les bons petits plats de Mamigoz….et même ses rides, maintenant !

Il prit le téléphone et appela Tugdual à l’aide.

-      T’inquiète Papy. Laisse-moi faire !

Il brancha son ordinateur portable sur ce qui semblait être un tableau de commandes….pianota quelques données. Et souriant, s’adressa à Tacoz….

-      Appuie sur START, maintenant  Papy!

Tacoz ne se fit pas prier.

 

Presque instantanément, une fumée blanche sortit l’armoire.

Un tambourinement rassurant venait de l’intérieur.

Tacoz se précipita pour ouvrir la porte.

Notre Mamigoz était de retour !

Poussiéreuse, la coiffe pliée, mais là et bien là.

Elle était si contente qu’elle ne songea même pas à rouspéter Tacoz. Elle se dirigea vers la salle de bain et n’en ressortit qu’un long moment après, toute propre et souriante.

Tacoz hasarda un petit :

 

- Que s’est-il passé ?.....

-      Rien ! …….Tu ne me croirais pas !

-      Et ta valise verte ?

-      Offerte à la femme de Kromignon !

 

Tacoz venait de comprendre qu’il était inutile de poser des questions. Mamigoz gardait son calme….pour l’instant….et c’était bien là le principal !

410 - Cauchemar mamigoz color
 

Et vous qui avez été témoin de cette mésaventure, la croyez-vous ?

Pensez-vous qu’une armoire puisse avoir le don ambigüité et traverser l’espace temps ?

 

Bonne journée

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 01:05

 


                 Les fréquentes brocantes et vide-greniers de toutes sortes fleurissant en été, aux  alentours de leur petit coin de paradis, ne pouvaient qu’inciter Tacoz au bricolage.

 Profitant d’un petit voyage de Mamigoz en Islande, il se leva de bon matin, certain de dénicher le trésor des trésors….

C’est ainsi qu’il arpenta, en ce dimanche matin, les allées encombrées du Mail, l’œil scrutateur, l’imagination en éveil.

                                Lorsque soudain, il l’aperçut au loin...

Il hâta le pas, la fixant intensément. Oui, c’était bien elle, tout à fait la bonne taille. Elle serait parfaite. Tout en marchant, il fouilla instinctivement dans sa poche, cherchant son mètre ruban. Il en sortit tout d’abord, un petit papier griffonné, le déplia avec précaution, opina du chapeau et en souriant s’approcha, posa la main sur les flans….   d’une grosse armoire normande.

Avec son poing fermé, il donna quelques légers coups. Elle résonnait favorablement. Tacoz heureux conclut rapidement l’affaire.

                          Il bougonna un peu, comme à son habitude :

 - C’est pas donné…. mais elle est parfaite !

 

Le vendeur se révélant être un vieux copain d’école….. Il la livrerait en fin d’après midi.

                  Tacoz reprit le  chemin de la maison tout heureux….

                                             Il avait du travail…

      Deux jours, juste deux jours avant le retour de Mamigoz !

 Après avoir dégagé, une partie des meubles qui trônaient dans le salon, il alla chercher ses outils. Scie, pointes et marteaux envahirent peu à peu l’espace.

Quelques heures plus tard, le beau salon si bien rangé par Mamigoz, ressemblait à un atelier désordonné.

Six heures enfin ! Au coup de sonnette, Tacoz bondit à la porte, tout en se prenant les pieds dans les câbles électriques, il ouvrit la porte.

                         Elle était là, un peu moins poussiéreuse.

-      Tiens mon gars, la Marie t’la un peu nettoyée !

                         Les yeux de Tacoz brillaient.

          Depuis le temps qu’il en rêvait de cette armoire !

Il la caressait doucement, comme pour l’amadouer avant le carnage….

Ils l’installèrent contre le mur dégagé, la calèrent bien, comme il se doit. Tacoz se recula de quelques pas

 C’est vrai qu’elle faisait de l’effet, elle l’inspirait plus encore.

 Le vieux Louis parti, Tacoz retroussa ses manches et entreprit d’ôter les portes…….

 

  Durant une bonne partie de la nuit, il sciera, rabota, ponça…..

     Le jour allait tout juste se lever, lorsque l’ouvrage fut fini.

Tacoz s’écroula dans un fauteuil pour admirer, avec un peu de recul, son ouvrage titanesque.

 Il était fier de lui….Mamigoz ne pourra plus jamais mettre en doute ses compétences de bricoleur.

Devant lui, une belle mécanique bien huilée, fleurant bon l’encaustique, une révolution internationale qui allait changer la face du monde, son invention…C’était son invention !

Il ne lui restait plus qu’un petit coup de balai à donner, à ranger un peu ses outils et aller se reposer avant l’arrivée de Mamigoz.

 Tout était propre maintenant, Tacoz  tout en admirant son chef-d’œuvre, s’endormit doucement…

                   Il ne fut réveillé que par l’arrivée de Mamigoz …

Quand elle vit l’aspect de son salon, elle hurla littéralement, ce qui eut pour effet de réveiller notre Tacoz en sursaut …

 Un peu hébété d’avoir été sortir ainsi de ses rêves de gloire, il vit tout d’abord la valise verte devant lui…puis Mamigoz rouge de colère. Il savait que dans ces cas là, il ne lui restait qu’à se faire tout petit….Il se souvenait de son cuisant épisode avec le quad !

Dès qu’il put placer un mot d’explication, il tenta bien un petit

-      Mais ma douce… C’est pas une horreur, regarde un peu !

    Et sur ces mots, Tacoz ouvrit l’armoire à double battant.

Stupéfaite Mamigoz découvrir à l’intérieur un tableau plein de lumières de couleurs différentes, de clignotants et autres boutons….de fils enchevêtrés qui dégoulinaient de partout….et une chaise !

Elle ne tenta même pas une seule question. Elle avait pourtant l’habitude des idées fumantes de ce breton têtu, mais là, il dépassait les bornes. C’était un cataclysme, une apothéose d’invraisemblances.

Toujours silencieuse, elle laissa Tacoz lui expliquer sa dernière catastrophique trouvaille.

-      C’est… une machine… à remonter le temps !

Puis voyant que Mamigoz ne pipait mot, il s’enhardit quelque peu.

-      Regarde, tu t’assoies là, et je t’enlève quelques cheveux blancs….quelques rides…..

Mamigoz leva les yeux au ciel, haussa les épaules, se contentant de  répondre par

-   pfut !  ….N’importe quoi !

- Mais Mamy !

Aïe ! Il l’avait appelé Mamy ! Et lorsqu’il prononçait ce mot, elle était certaine qu’une méga-cata allait survenir dans les minutes qui suivaient.

Autant en finir tout de suite .!.

 

 

 

Mamigoz reprit sa valise verte, entra dans l’armoire, s’assit sur la chaise :

-      Bon finissons-en !....ça marche comment ?

Tacoz tout heureux, lui donna quelques explications très sommaires…. Puis referma la porte.

 

 

Il ne s’était passé que deux petites minutes, lorsqu’ une épaisse fumée s’échappa du meuble diabolique.

Tacoz se précipita, ouvrit la porte…

Stupeur, malheur….Mamigoz avait disparu !.........

  412 -Mamigoz Machine temps Color

 

A mercredi pour la suite.


                            Bonne journée.

  

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 00:01





                 Mamigoz a délaissé Tacoz pendant quelques jours,

                                       elle est allée en Islande,

                            pas trop rassurée de le laisser seul.

                              Que va-t-il encore inventer ?

On verra bien demain ! se dit Mamigoz, en montant la passerelle de l’avion. Elle aurait préféré faire ce voyage en bateau, mais le temps manque  pour une croisière.

                        Mamigoz est parti à la rencontre des Trolls.

               Depuis sa toute petite enfance elle entend parler de ce pays fabuleux, ce pays nordique si proche de la culture celte.

               Sa grand-mère lui racontait parfois des légendes de là-bas, lui affirmant que les Trolls peuplaient toujours les forêts et les campagnes de ce pays resté sauvage...

                         Ces petits êtres appartiennent au huldufolk,
                                   ce qui signifie le Peuple Caché.

                             Ils remontent à la nuit des temps….

                               Et sa grand-mère de raconter. :

             Il y a très, très longtemps, au Paradis Terrestre, vivaient Adam et Eve. Ils étaient plus ou moins heureux avec leurs enfants. Ils avaient déjà eu quelques problèmes avec leur aîné Caïn. Pour consoler Eve de la perte d’Abel dans d’horribles circonstances, Dieu leur accorda une chance de se racheter en élevant au mieux, cette fois, une nouvelle progéniture. C’est ainsi qu’un beau matin, Dieu n’ayant pas eu de nouvelles depuis un moment, décida de leur rentre visite à l’improviste.

              Adam et Eve le reçurent dignement autour d’une bonne table. Adam lui fit visiter la maison qu’il venait d’aménager. Trois enfants étaient alignés sur un banc. D’une grande sagesse, ils obéissaient parfaitement à leurs parents. Ils étaient si propres que leurs nez brillaient, leurs ongles étaient nets et leur haleine fraîche.

                                  Tout se passait le mieux du monde.

                 Dieu, sur le point de prendre congé, se retourna vers Eve :

-      Ma fille, n’as-tu d’enfants que ceux que tu m’as présenté ?

                                   Eve imperturbable, lui répondit :

-      Oui, mon Dieu, je n’en ai point d’autres.

Dieu se retourna vers Adam, qui ne dit mot, mais baissa les yeux.

                         Dieu les regarda et referma la porte.

                Lui qui savait tout, n’ignorait pas qu’il y avait beaucoup plus d’enfants que ceux qu’Eve avait bien voulu lui présenter.

               Dieu retourna sur son grand nuage blanc pour mieux réfléchir à la punition qu’il devait donner à ses créatures humaines.

 Pendant ce temps Adam demanda à Eve, pourquoi elle avait agit ainsi.

-      Simplement parce que ces chenapans n’étaient ni lavés, ni changés de frais ! Ils courent dans les forêts et les pâtures à longueur de temps. Ils sont indociles et n’en font qu’à leurs têtes. Ils nous auraient fait honte.

Et désignant les trois enfants toujours sagement assis sur le banc…

-       Au moins avec ceux-là, je n’ai pas de problèmes !

-      Mais où sont-ils en ce moment ?

-      Je les ai enfermés dans la grange !

-      Tu n’aurais peut-être pas du les cacher…Il voit tout, Il ne va pas être content !

 

                          Pendant ce temps Dieu cogitait toujours.

                   Et soudain il se leva, prit sa décision, irrévocable :

-      Ce qui est caché à Dieu, sera caché aux hommes !

               Et c’est ainsi que ces pauvres enfants devinrent instantanément et pour l’éternité, invisibles aux hommes.

               Eve ne voyant plus Dieu dans les parages, s’en alla délivrer ses enfants. Elle ouvrit la porte de la grange, non sans jeter un dernier regard aux alentours… Et là ! Oh stupeur, la grange était vide, plus aucun enfant. Elle entra, en laissant la porte grand ouverte, inspecta, la fenêtre, qui était verrouillée.

                    Rien, elle ne voyait rien, elle ne comprenait rien.

                 Comment ses enfants s’étaient-ils ainsi volatilisés ?

                 Autour d’elle cependant, ses enfants, paillaient, tirant ses jupes, et gesticulant pour mieux se montrer. Rien n’y faisait, Eve ne les voyait pas, ne les entendait pas.

                 Le plus hardi, de tous, l’ainé – Eve a toujours eu des problèmes avec ses aînés - comprit tout de suite que la situation était devenue  spéciale. Il se planta tout droit devant sa mère, la fixa dans les yeux, et lui fit les pires grimaces qu’il connaissait. Eve le regard perdu, cherchant encore sa progéniture, ne voyait toujours rien.

                   Cette fois, il en était certain, ils étaient invisibles.

                  Profitant de l’aubaine, il entraîna ses frères et sœurs dans la forêt voisine, leur terrain de jeu favori. Mais au fur et à mesure qu’ils s’enfonçaient dans la verdure, ils se transformaient en elfes et en trolls...

                  C’est ainsi que depuis ce jour, les elfes et les trolls sont invisibles aux humains…..mais les elfes et les trolls peuvent voir les humains. Et n’oublions jamais qu’ils ne sont que des enfants, et que par jeu, ils font des niches et peuvent parfois se laisser voir des humains…..

 

                  Un peu plus tard, ces petits personnages embarquèrent très facilement, en cachette, sur les bateaux vikings….et se retrouvèrent en Bretagne où ils firent souche en prenant le nom de korrigans.

 

                           Voilà pourquoi, Mamigoz est en Islande.

                                Elle recherche le Troll-Viking






                          C’est avec l’aide de Wanda Cayenna

                               qu’elle a fini par le trouver…

                           Il était caché près du grand geyser,

                       Le Strokkhur qui atteint 25 mètres de haut

                       et fuse régulièrement toutes les 10 minutes !

                                  Un spectacle extraordinaire

                       Pour connaitre tous les détails de ce voyage :

                                            C’est     ici.

 


                                   Attention regardez bien, 

                     Vous avez plusieurs articles à ne pas rater !


                           Merci d’être resté jusqu’à la fin .

             et d’avoir ainsi découvert la nouvelle grille surprise…

                 413 Mamigoz en Islande color


    
                                                     Bonne journée.
           
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 00:01

 

  Grilles gratuites

                                              Bonjour

                     御早う   Ohayou

 

 

 

                   Je tiens tout particulièrement à remercier
                      
                          la trentaine de Fans japonaises

                               qui rend visite à Mamigoz

                     tous les jours depuis quelques temps.


                   有り難い
    無性に

                                Arigatai mushouni

 

 

 

                    Mamigoz tenait se faire toute belle,

                            pour retrouver ses amies.

                   Elle a déposé sur ses cheveux une fleur

                     de porcelaine de quatre points noeud.


           Rendez-vous était pris sur le petit pont de bois rouge.

             Quelques carpes Toys tournoyaient tranquillement,

          curieuses et avides de quelques miettes de nourriture.

                      Le soleil faisait miroiter timidement,

               les restes de neige au sommet du Fuji-Yama.


                          Aux pieds de ce volcan sacré,

               un cerisier en fleurs se mire majestueusement

                     dans l’eau d’un des cinq lacs de la région.

 

                     L’on raconte que le Mont Fuji-Yama

               abriterait   La Princesse des arbres en fleurs .

                     Depuis des siècles, traditionnellement,

                   les japonais lui apportent des offrandes,

              dans un temple perché tout au sommet du Mont.

 

                     Rappelons au passage que ce volcan

                    est toujours susceptible de se réveiller

                       et qu’il possède une certaine activité

            mesurable par la fréquence des secousses sismiques;

                         signe que les roches en fusion

               sont en train de remonter à l’intérieur du volcan.

                    Une explosion pourrait être imminente…


                                Mais que l’on se rassure,

              la vie d’un volcan se mesurant en milliers d’années,

                        Mamigoz peut savourer pleinement,

                  la sérénité qui se dégage de ce lieu magique.

 410 - Mamigoz au Japon

                   Cette nouvelle carte postale fait partie

                                    du tableau IV
         
         
                       
  

                      Je vous ai aussi adapté cette grille

                    en supplément pour la couette 
                    
              Voir Grilles supplémentaires de la famille Goz                   

                     Puisque nous parlons de couette…

                    et parce que c’est le 14 Juillet :

 

 



                           Vous pouvez constater qu’il reste

               de nombreuses grilles secrètes …enfin Ex-secrètes!


Bonne journée.

左様なら   sayonara


                                  Un petit PS pour Mimisan :


  
               
                                                                             
                                                                Voici mes " Grandes Gigues " !

                               Les grandes fleurs jaunes...sont d'elles.
 
                             Elles sont nettement plus belles gamines !

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 00:01

 

  

                                                 Bonjour !


                            Un petit voyage surprise pour Mamigoz :

                                     Un week-end à Bruxelles !


                             
                           Nous retrouvons, notre globe-trotter

                            assise à la terrasse du célèbre café :

                                            Le Prince d’Orange,

                     dégustant une de ces fameuses bières belges,

            et d'où elle peut tranquillement admirer la Maison du Roi.

 

                                            

                             La curiosité de Mamigoz est légendaire.

                      Elle saisit un dépliant déposé sur un coin de table.

                       -  Voyons ! Que dit-on de cette construction ?...

 

                   C’est un magnifique musée qui fut construit sur l’ancien emplacement de la Halle aux pains,  dont le nom en néerlandais a été conservé : Broodhuis.

                  C’est vers 1512 que le pouvoir ducal fait ériger un premier bâtiment, qui prendra tout naturellement le nom de Maison du Duc, abritant des bureaux à caractères financiers.

                  En 1515 …. (Tiens Marignan !), Charles-Quint hérite du bâtiment qui devient alors Maison du Roi ... et il décide de la reconstruire.

                  Après les bombardements français de 1695, qui en détruisirent une bonne partie, on s’efforcera de le restaurer à deux reprises.

                   Pendant l’occupation française la Maison du Roi, devient la Maison du peuple, puis elle est vendue à un particulier qui la cèdera à la ville en 1860.

 


                   Les nombreuses restaurations effectuées depuis le XVII siècle, ont tellement défigurées le bâtiment- qui n’a plus rien de sa splendeur passée- que l’on décide en 1873, de tout raser et de reconstruire.

                   On se base alors sur les plans d’origine retrouvés dans les archives et sur l’architecture des bâtiments similaires de cette époque. 
                        
    



                     
                               Ces travaux dureront plus de 20 ans.

                          Un premier musée y est installé en 1887.

                    Un mécène, J.W. Wilson fit don de son importante collection de peinture et d’un legs  permettant l’acquisition de nombreuses œuvres d’art..

 

                     Le musée est vite fréquenté par les Bruxellois, qui montrent ainsi leur attachement au passé et à l’histoire de leur ville.



                     Mamigoz admire chaque détail de  cette façade
                       
                          qui par certains aspects lui rappelle un peu, 
                          
                             les dentelles de pierre des calvaires 
                           
                               et chapelles de sa chère Bretagne.

 

                                       Mais, le temps se gâte.

                          Déjà les nuages noirs pointent à l’horizon.

                                  Mamigoz se lève prestement …

                     Un petit air se glisse furtivement sous sa coiffe :

                                     …Et on prendra le tram 33….

                           …On ira manger des frites cher Eugène

                                     ….Madeleine elle aimera  ça !

                      Le Tram ! Elle va , elle aussi, prendre le Tram !

                                       ...Comme le Beau Jacques….

                406 - Mamigoz Bruxelles color


Bonne journée

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 07:42

                   Bonjour !

 

           Je vais vous montrer quelque chose de formidable.

               Je suis vraiment épatée par votre gentillesse,

                Voyez plutôt ce que je viens de recevoir de

                                 Catherine Caudoux.

 

 

                  Une superbe carte de fleurie, en délicat relief

                      et ce merveilleux couple de Valenciannos

                     vêtu de leurs habits de fête "Les falbas " 

                            qui ont fait tout ce long voyage

                        pour rencontrer  Mamigoz et Tacoz :  

   

                                        Voilà qui est chose faite !  

                              Cette rencontre en coup de foudre,

                          s’est très rapidement faite dans la nuit,

                                             et au petit matin,

                               dès les premiers rayons de soleil,

                        ils posaient tous les quatre pour immortaliser

                                         ce sympathique moment.


                                Vous apercevez dans le lointain : 

                                                l' Hémisféric :

                             
  La cité des Arts et des Sciences.   

              404 Mamigoz à Valencia color


                               Merci mille fois Catherine pour
                        cette très belle rencontre folklorique.
                        

                                Bonne journée

                                                         

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 00:01

 

                

                     Il me revient en mémoire une petite anecdote …

                  Vous vous souvenez tous d’avoir vu, cet hiver, Tacoz, la jambe dans le plâtre suite à une chute de ski ! Mais aujourd’hui, comme j’ai un peu de temps, je vais vous raconter dans quelles circonstances Mamigoz, l’a retrouvé.

                  Bien sûr, allez vous me dire, c’est un peu l’image d’Epinal que de présenter le gros chien blanc et marron avec son tonneau, avec robinet incorporé, autour du cou, courant dans la neige à la rescousse  d’un montagnard égaré, lui offrant en guise de premier secours, une bonne rasade d’eau de vie !

               Ouf ! Une bien grande phrase, pour planter le décor !

                           Mais ! Moi j’aime ça, les images d’Epinal.

               Je me souviens avec délice, de ces planches en quatre couleurs, aux dessins un peu surannés, qui nous apprenaient l’Histoire, ou la vie  des héros…..N’oublions pas les planches tant prisées, celles des devinettes, qui nous occupaient le jeudi, …

                          Après avoir lu une charmante histoire….

                                      Où est caché le chat ?

                       Nous tournions en tous sens notre page
              à la recherche de ce mystérieux chat….dans l’arbre !

 

         Après ce bref intermède, revenons à notre Saint Bernard !

 

            Voici le cliché, pris à l’époque par l’équipe de sauveteurs.



   


   
           Vous pouvez y voir Mamigoz en la compagnie, quelque peu imposante, de ce brave nounours.

             Ne voyant pas Tacoz revenir, elle alerta le voisinage. De Tacoz point de nouvelles ! Une petite équipe se forma rapidement autour d’elle. La solidarité des gens de montagne, n’est pas un vain mot ! Le Père Mathieu en tête, suivi de son fidèle Saint Bernard, Mamigoz et son écharpe rouge flottant au vent glacé, furent les premiers à se mettre en route, bientôt suivis par deux solides Savoyards.

              Il ne fallut à cette équipée qu’une demi-heure de marche rapide pour arriver au détour du chemin. Là ! Mamigoz sursauta. Oh stupeur ! Grand dieu, au beau milieu de la piste gisait le chapeau noir à la boucle d’argent. Mamigoz l’aurait reconnu entre mille, c’était celui de Tacoz. Un peu plus loin, un ski….puis un autre cassé  net en deux.

                                        Mais pas de Tacoz !

                En s’approchant de cette découverte inquiétante, Mamigoz aperçut le plastron brodé qui émergeait à demi. Tous s’affèrent pour creuser la couche de neige poudreuse. Il était là, un peu groggy, mais vivant.

-  Saleté de neige ! Elle m’est tombée dessus ! Je n’ai pas compris !

           Puis apercevant le Chien :

-  Viens là toi…Tu es le meilleur !

            Le Saint Bernard s’approcha et Tacoz n’eut aucun mal à trouver le gobelet accroché au collier de l’animal. Il s’assit dans la neige et se versa une bonne rasade….

- Bon chien ! Je t’emmènerais bien sur mon bateau….Tu serais bien utile !

             De suite, en entendant ces paroles, Mamigoz rétorqua :

- Pas question, il n’a pas le pied marin, il est très bien ici !

         Et jugeant  que Tacoz était suffisamment rétabli :

- Pressons, il fera bientôt nuit !

            Tacoz demanda cependant une seconde  bolée, il avait, disait-il, si mal à la cheville. Mamigoz en grommelant, lui en servit une toute petite, et le convoi reprit la route du retour. Tacoz clopin-clopant arriva au chalet où l’attendait déjà le médecin du village.

       Notre vaillant breton, avait bel et bien une grosse entorse.

            Il passera le reste du séjour dans une chaise longue à regarder, Tugdual et Ronan faire de la luge et admirer sa   Princesse des glaces, Rosen, patiner!

             402 - Le Saint-Bernard color-copie-1

                     
Bonne journée


Partager cet article
Repost0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 00:03

 

  
                                Du nouveau dans le village ?


              
                               
      Tacoz en Maire !

                                      Rêve ou réalité ?
                               Inauguration de la " Place Loïc "....
                          ...petit clin d'oeil à un véritable Maire !
                                            

   Après les derniers potins de la famille Goz,
                                     je tiens à vous présenter
                  une adorable " boursette " réalisée par
Mélanie :

321 - Tacoz Maire Color



                     Une Mamigoz bien d'actualité avec ses fraises. 

                                      Un montage impeccable....

                                                 


                             Très bel ouvrage à quatre mains.
                                    Merci beaucoup Mélanie ,
                        pour cette très belle interprétation,
                               et aussi pour l'agréable balade
                                   que j'ai fait sur ton blog. 



                                     Bonne journée

Partager cet article
Repost0

Qui Est Mamigoz ?

  • : Chez Mamigoz
  • : Tout faire avec rien, mais le faire bien. Free point de croix, tutoriels détaillés, cuisine bistro ou exotique, écologie-économie. Le savoir-faire de Mamigoz rien que pour vous.
  • Contact

Ma BOUTIQUE

BOUTIQUE MAMIGOZ

 

Englishblogger españolblogger Italianoblogger Deutschblogger Nederlandsblogger العربيةblogger
Russeblogger Japonaisblogger Portugaisblogger Chinoisblogger Coréenblogger Turcblogger
ελληνικάblogger српскиblogger Polskiblogger Danskeblogger Suomenblogger Svenskablogger

Recherche

Logos

logo-Ptitchef-mamigoz.jpg

logo Copains

recettes-de-cuisine-logo-11--copie-2.gif

Reine 45x60

roi 45x60

Tartines-grillees-au-chevre-frais-tomates--lardons--et.jpg

Logo2-Prince-de-Bretagne-Mamigoz.jpg 

Logo 150 250

 

quiquipost_logo1.gif

 

Visiteurs