Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 07:41

 Maintenant que plus rien ne gênera sa venue,
 voici donc le portrait de ce légendaire Vieux Monsieur
 que nous propose Aurelle.

Très agréable à broder, ce SAL m’a encore suivi au garage où les péripéties de la Skoda continuent….

En effet, dès ma sortie de la concession, jeudi dernier, la voiture n’avançait plus. Pas possible de dépasser le 60, elle hoquetait.
Elle fumait noir au démarrage, mais ça je ne l’avais pas vu !

Je reviens tant bien que mal à domicile.

Lundi c’est le branlebas de combat,
faire repartir la voiture sur un plateau,
car j’avais peur de la faire rouler 20 km !

Après avoir demandé l’intervention de l’assistance dépannage
à l’assurance de Carrefour…. pas d’assurance km 0 !
Je n’étais pas en panne à plus de 25 km de la maison !
 On ne choisit pas non plus son moment !

Maintenant en étudiant le con de contrat :
 c’est clair, je change d’assurance le plus vite possible !
Je vais à la Maff, pour moins cher ils le font le Km 0,
et plein de chose en plus !

On m’envoie un plateau ….
Je téléphone, je râle encore, c’est à mes frais,
on calcule….155,94 €.

Là je gueule carrément !
Je sais ça fait les poumons,
mais ça agace quand même à la longue !

Je rappele encore une fois la concession.

Comme je n’aurai certainement pas payé un seul cent….
Une proposition de Skoda : Faire réparer la voiture sur place.
Diagnostique du chef mécano,
jusqu’ici ils n’avaient pas une seule petite idée sur l’origine du problème.

Demandez à ce que l’on vous rebranche le tuyau de dépression,
 juste près du support moteur !

Bon j’y vais.

Très sympa le garagiste Citroën  me la prend,
me ramène chez moi,
et l’on reviendra me chercher à 17 h,
pour récupérer la voiture.

Bien ! C’était même pas ça !

Le tuyau de la vanne EGR n’avait pas été rebranché !

Je ne sais pas à quoi ça sert,
tout ce que je vois c’est que maintenant ça marche super bien.

Bilan de la manipe :

Je n’irai plus sur Angers et le gentil Monsieur d’ici
va me faire les nouvelles plaques,
 et attention !
En 56 et avec le Gwen an Dü !

Maintenant qui va payer la facture ?

Affaire à suivre….

Je vais finir par écrire : l’Art d’être veuve !...
Parce que depuis 1 mois je ne risque pas de trouver la vie monotone.

Bonne journée
                                                                             

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 00:02

 

 

 

Vivre un rêve, c’est merveilleux.

      Vivre la vie, c’est si peu.

  Lorsque l’on a vécu, à deux,

     Un amour pur et grand,

De ceux que personne ne comprend,

        Même en rêve, un instant seulement,

     Mourir demain en refusant,

   Comme un papillon à un fanal,

         Juste le quotidien banal.

    Endormi à l’ombre de vos bras,

     Tenir celui que l’on croit sien,

     En n’espérant jamais plus rien,

      Regardant l’horizon éternel.

    Mais être là le souvenir fidèle.

     Partir un jour, tout quitter,

Regretter à jamais ceux que l’on a aimés.

      Seule, avec soi, seule, rester.


                             Yvonne Delisle





 


                                                                   

Repost 0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 00:02

J’aime ces rapides instants
où le soleil s’amuse à m’amuser
 de ces petits riens qui parfois nous surprennent.

L’oblique d’un rayon qui saute et vagabonde,
fait des ombres chinoises au milieu du salon.



Yvonne Delisle.

                                                                                                             

Repost 0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:02

 Je vais prendre de longs RTT
Je Reste Toute Tranquille.

En attendant mon retour, je vous propose :

4 ouvrages  pour vos lectures de vacances,
publiés sous mon nom d'auteur Yvonne Delisle.



Deux recueils de poésie nostalgique :
 
Désirs de Femme I et II
ainsi que deux ouvrages de récits, contes et légendes :
 Mamigoz raconte I
et II,
 parlant de la  Bretagne, racontés par Mamigoz. 

A lire ou à offrir à vos enfants et petits enfants.

Pour tous renseignements cliquez aussi,
sur les vignettes de
la bannière.


A un autre demain ?

                                                                        

Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 00:02

(Grille gratuite) (Récit) 

Il est en Bretagne,
une tradition qui s’est perdue au fil du temps :
Celle des fleurs de Mai.

Pour évoquer le passé, je vous propose aujourd’hui,
ce pinkeep souvenir.

 

Comme vous le voyez,
il représente un bouquet de fleurs déposé sur une fenêtre.
 Pourquoi ? Me direz-vous !

Installez-vous confortablement,
Mamigoz va vous raconter.

Je me souviens, lorsque j’étais petite fille,
 de cette gentille grand’mère que l’on  nommait Cendrine.
Elle était vive et souriante.
Un jour que je m’étonnais de son drôle de prénom,
 elle me répondit en chuchotant :
«  Cendrine, comme Cendrillon….mais en moins souillon ».
C’est ainsi, qu’à partir de ce jour,
 elle est devenue à mes yeux
 La Fée de tous les contes.

Elle me racontait parfois, sa belle jeunesse,
effaçant le pire des mauvais souvenirs.
 Elle me parlait, d’un air coquin,
des garçons qui lui faisaient la cour
et de si belle façon.

Elle disait encore:
"Dans ce temps là, on faisait le mai !"...

Pour toutes les jeunes filles à marier,  le Kala-Mae
(1er jour des calendes de mai / saison claire)
était un jour important dans l’année,
il s’opposait au Kala-gouanv
(1er novembre / saison sombre).

La tradition était de cueillir à la tombée de la nuit,
le dernier jour d’avril, des branches de hêtre.
On les appelait les Branches de Mai.
On les accrochait alors près des ouvertures des maisons,
 portes, fenêtres, cheminées, ou encore puits.

 Ces nuits-là, durant le Kala-Mae et le Kala-gouanv,
et seulement 2 nuits par an, tout devient possible, 
 les chemins sont ouverts
entre le monde des vivants et celui des morts,
entre le naturel et le surnaturel.

Je vous parlais déjà de l’importance du mois de mai,
 mois du renouveau chez les Celtes. (Voir ICI )
 Il est encore d’autres traditions….
 Celle que me contait Cendrine est à mes yeux, exquise.

Les jeunes gens avaient coutume d’aller accrocher cette nuit-là,
des branches fleuries à la fenêtre de la chambre
des jeunes filles, voir même sur la cheminée,
bravant ainsi les foudres des pères
soucieux de protéger l’innocence de leur progéniture.



Ils se composaient, bien évidemment,
des fameuses branches de hêtre,
de quelques fleurs et rubans de satin,
parfois même de dentelle.

Chaque bouquet, était différent et le langage des fleurs
en changeait considérablement la signification.
 Ainsi pour certaines,
les bouquets étaient de fleurs et de petites intentions,
 pour d’autres, ils étaient parfois cruels.

Orties, ronces, chardons et houx
pour les filles acariâtres, ou jalouses.
Le genêt sec pour les souillons
(à cette époque on fabriquait les balais avec le genêt,
 idéal pour les sols en terre battue).
Mais le pire était réservé aux filles-mères :
 nid de pie avec des œufs pourris,
ou branche munie d’une poupée.
Quant aux vieilles filles,
elles se retrouvaient affublées
de branches de cyprès fanées !

Ils n’étaient pas tendres les galants,
à cette époque, dans les villages Bretons.

Il demeure néanmoins, en Bretagne,
une coutume qui consiste par de petits bouquets,
 à fleurir la maison, les divers bâtiments,
 les puits et même la niche du chien,
pour se protéger des sorciers qui,
la nuit du 30 avril au 1er mai,  sont des plus dangereux.

Ce mois de mai est propice à de nombreux rites….
Comme celui du lait de mai.
Les habitants du village se rendaient dans une ferme
pour y boire le premier lait de mai,
réputé comme étant le meilleur….
Après un long hiver,
les animaux retournant aux pâtures brouter l’herbe tendre,
le lait et le beurre étaient inégalables en goût.

Cette coutume est remise à l’honneur
 dans certains endroits du Finistère
depuis quelques années.

Voilà !
Vous en connaissez un peu plus sur les coutumes
  de cette belle région qu’est la Bretagne.
 

Vous retrouverez cette
grille gratuite au Fan-Club N° 15.

Bonne journée

                                                                                  

Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 00:02

(Poème d' Yvonne Delisle)      

               

 Il y a déjà quelque temps que mon recueil de poésie
 sommeille sur ma table de nuit.

Ce soir, j'ai juste envie de l'entrouvrir......  

 

 

Tu m’as appris , jadis ,

La couleur des mots ,

La valeur du geste contenu ,

La  saveur d’un sourire

Au fond des yeux mi-clos ,

La douceur d’un feu de bois d’été .

Faussaire de l’amour ,

Qui crois-tu donc berner ?

 

Tu m’as appris , aussi ,

La force et l’odeur enivrante

D’un corps d’homme nu ,

La violence d’une dernière aurore ,

La  sauvage tendresse

Du désir enfin assouvi .

Faussaire de l’amour

Qui viens-tu donc berner ?

 

S’il ne reste aujourd’hui

Que le bruit du  silence

Et l’attente inutile

Dans le vide de l’oubli ,

C’est ton dernier cadeau ,

Ma dernière leçon  .

Faussaire de l’amour ,

Qui penses-tu donc berner ?

 

Tu dis encore , tu dis parfois :

L’amour est une grande plage …

Mais tu donnes si peu

Pour un château de sable ,

Que jamais un enfant

N’y remplirait son seau .

Faussaire de l’amour

Qui peux-tu donc berner ?

 

Tu parles de l’amour

Comme d’un beau mirage .

Ce n’est jamais l’amour ,

Ni même son image  ,

Et tu restes toujours

Debout sur le rivage .
Faussaire de l’amour

Qui veux-tu donc berner ? 


Vous retrouverez ce poème et bien d'autres dans :
"Désirs de femme II" d' Yvonne Delisle.

Repost 0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 01:01

(Poème d' Yvonne Delisle)


                                                                                                 




   Tu disais simplement

 

 

Tu disais simplement,

Tu disais tendrement :

Je ne te promets rien,

J’ai déjà un destin !

Et tu m’as tout donné,

Et tu m’as réchauffée.

Un oiseau de passage,

Par delà  son  orage,

Là, le cœur déchiré

S ‘arrête fatigué

De sa vie, de ses pleurs,

Pour seulement une heure.

La branche qui l’invite,

Charmée de sa visite,

En gardera toujours

L’empreinte d’un amour.

Mais si son ciel s’éclaire,

Il repart vers  Elle.
Pour le havre, attristé

Ne reste que regrets.

C’est ainsi, je le sais

Que par un soir d’été,

Toi, tu vas me quitter

Pour d’autres bras aimés.


Yvonne Delisle
 

Ce poème est extrait de " Désirs de Femme II " 

Le livre Désirs de Femme II

Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 01:01

       (Récits et légendes)  
                               
  

LA LIBRAIRE  LIZA lance un appel à tous les conteurs, conteuses,
 publié(e)s ou non,
conteurs  et conteuses d'occasion ou professionnelles, peu importe :
Voici donc le conte que j'ai écrit pour la circonstance....



En s’endormant ce soir là, Bénédicte était bien loin d’imaginer que des évènements extraordinaires allaient troubler sa paisible nuit.

Un rayon de lune éclairait à peine, la petite chambre

Il ne devait pas être loin de minuit, lorsque la fillette, émergeant d’un demi-sommeil, entendit de furtifs murmures. Ils semblaient venir du placard. Intriguée,  Bénédicte se souleva sur un coude, juste pour apercevoir, la porte s’entrouvrir. Elle regardait, les yeux écarquillés, ses jouets sortir avec précaution, de ce placard. Un ours rapiécé mais téméraire, marchait en tête, suivi d’un petit chien frisotté et d’un marin délavé.

Elle se souvenait, de tous ses vieux jouets jetés pêle-mêle, dans un carton. Ils étaient supplantés depuis longtemps par d’autres, animés et sonores. L’attention de Bénédicte, fut attirée par une poupée rose, ballerine  au tutu fané. Elle suivait avec peine cet étrange défilé, claudiquant tristement. Son chausson de satin blanc au laçage défait, trainait derrière elle. Tandis que devant, un lapin à l’oreille cassée, gambadait joyeusement. Elle s’arrêta près du jeu de cubes. L’un d’eux s’offrit comme siège, au grand soulagement de la malheureuse danseuse.
 Des larmes coulaient sur ses joues. Un clown triste s’approcha d’elle.

-      Pourquoi pleurer ma belle,  nous ne sommes que de vieux jouets oubliés.

-      Tu te souviens comme Elle nous aimait et maintenant regarde…Mon pied cassé par son méchant cousin et toi, ta main mangée par son horrible chien. Jamais plus tu ne joueras de violon et moi je ne danserai plus pour toi.

-      Mais, nous sommes encore là, dans ce grand carton. Elle aurait pu nous jeter !

La petite danseuse essuya ses larmes tandis qu’un autre cube s’approchait d’eux.

-      Clown, tu peux t’assoir sur moi, je suis en bois, et encore solide. Oh ! Bien sûr mes images sont déchirées et quelques uns de mes compagnons ont disparu…. Oui, c’est bien triste, mais nous sont encore là.

La petite troupe devisait doucement, lorsqu’elle fut rejointe par un soldat de plomb.

- Salut soldat, dit le petit cube,  que nous vaut ta visite ? Tiens tu as nouvelle jambe !

- Oui ! Je m’en suis fabriquée une, l’échelle des pompiers venait de perdre un barreau…A la guerre comme à la guerre !

- Soldat, gentil soldat, pourrais-tu faire quelque chose pour la main du clown, la vie est bien morose, sans son violon !

- Montre-moi ça !

Après observation, il appela   

-      Zouma ! J’ai besoin de toi !

Sitôt appelé, sitôt arrivé ! Un singe malicieux déboula prestement.

- Que me veux-tu mon Prince ?

- Trouve-moi du fil et si possible une aiguille !

Le singe s’engouffra dans le placard, pour ne ressortir qu’un instant après, au milieu d’une cascade de perles.

-      Maladroit, mais qu’as-tu fait ?

- Tiens ! Voilà du fils et une aiguille ! Mais j’ai du bousculer une peu la boite de perles, elle n’est pas très prêteuse !

Le soldat enleva son bonnet à poils, devant les visages médusés. Il n’avait pas de cheveux et il semblait si petit. Avec précaution, en quelques points,  il attacha la manche du clown au violon.

- Voilà essaie de jouer maintenant.

Sans se faire prier, le petit clown esquissa quelques notes cristallines sous les yeux pétillants de la ballerine.

-  A toi, maintenant, jolie poupée,

Deux points ici, deux points là, et la ballerine faisait les pointes.

 Le clown jouait, sa princesse dansait, le singe applaudissait. C’est en regardant ce beau spectacle que Bénédicte s’endormit.

 Le lendemain matin, dès son réveil, elle se précipita, ouvrit le placard, le carton et découvrit le clown sans main, la danseuse au pied cassé, et le soldat unijambiste. Elle les apporta tous les trois dans la cuisine où sa maman l’attendait préparant un bon chocolat chaud.

-      Regarde maman. Ne pourrait-on  pas faire quelque chose pour mes jouets ?

-       Mais ce ne sont que de vieux jouets, tu en as de plus jolis maintenant.

-      Oui, mais, c’est ceux-là que j’aime.

Bénédicte fut si convaincante, que l’après midi même sa maman  et elle, allèrent confier tout ce petit monde à la clinique des jouets, toute proche.

C’est depuis ce jour que les trois amis retrouvèrent leurs places sur l’étagère, tout près du lit, d’où ils veillent sur le sommeil de la petite fille.


Yvonne Delisle 

 

Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 07:00

(Récits et légendes)


 

Vous l’avez sollicité. Aujourd’hui,

 j’ai le grand plaisir de vous présenter

le tout premier tome de :  Mamigoz raconte :

 

Acheter Mamigoz raconte tome 1 

Dans ce recueil de 111 pages,

vous découvrirez cinq histoires et légendes :

 

Gaël et le petit âne gris

Le secret de la Dame en Blanc

La malédiction du Héron Cendré

Les escarpins ensorcelés

Le Lapin Rose qui avait usé ses oreilles en courant trop vite.

 

Vous découvrirez deux histoires inédites :

Gaël et le petit âne gris,

ainsi que du Lapin Rose.

 

Ces exclusivités ne passeront jamais sur le blog.

 

Pour vous donnez une petite idée …

Voici les toutes premières pages :

 

Ce dimanche là, le crachin avait fait place à la tempête.

Dans la chaumière de Mamigoz,  Tugdual et Ronan jouaient aux petits chevaux tandis que Mamigoz brodait devant la cheminée. Tacoz quant à lui bricolait, on ne sait quoi, dans le garage.

Mamigoz regardait avec douceur ses petits enfants se chamailler pour un « dé cassé ».

Tout était calme !

Lorsque Ronan, le plus jeune, regarda Mamigoz, les sourcils légèrement froncés :

 - Dis Mamigoz, ça existait déjà à ton époque les chevaux ?

- Oui bien sûr et même le jeu de l’oie !

- Oui, mais non ! Moi je te parle des vrais chevaux, ceux qui courent dans la télé !

- Mais oui, bien sûr ! Répondit Mamigoz, amusée, Les chevaux existent depuis toujours ! Tiens, juste, tout de suite après les dinosaures. !

- Ah ! Papy m’avait dit que quand il était petit, il n’y en avait pas beaucoup !

- C’est parce qu’à cette époque là, il fallait être riche pour avoir un cheval. Les gens avaient plutôt des bœufs et les plus pauvres des ânes.

- C’est mignon les ânes, Ronan, tu sais comme celui du Père Louis !

Surenchérit Tugdual. Et Ronan d’insister :

-      Wouai ! Dis Mamigoz, tu nous racontes une histoire d’âne ?

Mamigoz chercha dans sa mémoire, point d’histoire d’âne. Il y avait bien l’âne de la crèche, mais elle l’avait déjà raconté.

Mamigoz se souvenait que lorsqu’elle était petite, sa grand-mère lui racontait de belles histoires, de celles que l’on ne trouve jamais dans les livres. Celles qui sont dans le cœur de toutes les mamies du monde, celles que l’on invente sur mesure, parce que l’on sait ce qui plaira à nos petits.  

-      Bon d’accord, mais d’abord, ramassez votre jeu et venez près de la cheminée.

Tandis qu’avec ardeur, ils rangeaient les petits chevaux, Mamigoz, ressortait déjà de la cuisine avec une pile de bonnes crêpes et un pot de confiture.

Une fois bien installés et le gouter préparé, Mamigoz commença :

 

……. C’était il y a très, très longtemps. Dans le village d’à côté, vivait une riche famille. Ils étaient très heureux car le ciel venait de leur donner un garçon. Ils l’appelèrent Gaël.

La maman était de santé fragile et le premier hiver, lui fut fatal !

-      Oh ! s’exclama Ronan.

Un coup de coude du grand frère le fait taire immédiatement

-      Attends la suite…On n’a pas encore parlé de l’âne !

Voyant l’intérêt de Ronan, Mamigoz continua…

… Mais au printemps, le Père partit à son tour, terrassé par le chagrin.

-      Ohlala !

-       Mais tais-toi Ronan ! Tu sais bien qu’avec Mamigoz ça finit toujours bien !....Continue Mamy !

Comme ces gens là  étaient très riches, les autres membres de la famille s’arrangèrent avec le notaire, en lui versant une grosse somme d’argent pour spolier le nourrisson !

-Spolier : c’est lui piquer tous ses sous !....s’empressa d’expliquer Tugdual avant que Ronan n’ouvre la bouche.

…C’est ainsi que le pauvre petit fut placé chez un couple sans enfant, contre une bourse d’écu d’or. Mais très vite, ces mauvaises personnes se lassèrent de Gaël et le reléguèrent aux taches les plus ingrates.

Les années passèrent. Gaël grandissait malgré les privations et les mauvais traitements.

Il venait tout juste d’avoir ses seize ans lorsque qu’un soir en regagnant l’étable où il dormait, il entendit un léger bruit derrière lui…Il se retourna.

 

Et la suite est à votre disposition en cliquant sur les bannières.

Le livre Mamigoz raconte tome 1


Si le Père Noël a encore une petite place

dans sa hotte, profitez-en pour le commander.


 Petit note :

A la demande de Laurette, qui n'a pas de CB,
je peux vous envoyer les livres directement par la poste,
contre un petit chèque de
10,50€  + 2,20€, pour 1 livre
10,50€ + 3 € pour 2 livres
(pour les frais de port ).
Je rectifierai les prix plus exactement. 

 Je vous propose de  vous inscrire par mail.


mam-soazic@neuf.fr





Bonne journée.

 

 

Repost 0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 01:01

(Récits et légendes) 

 

 

 

Ivana lui tendit trois grands sacs de toile de lin blanc, qu’il accepta.

 Il s’engouffra dans la fissure de la roche en se laissant guider par cette lumière. Il se retourna une fois encore en souriant à cette merveilleuse beauté.

Plus Yannick avançait, plus la fissure se rétrécissait.

Elle semblait s’adapter à la taille des Korrigans. Il remarqua aussi que les sacs qu’ils tenaient à la main, diminuaient. Mais ce que Yannick ne soupçonnait pas encore, c’est que lui aussi perdait peu à peu de sa corpulence. Il avançait toujours plus profondément et la lumière se faisait plus vive.

Il déboucha enfin dans une première salle.

Tout n’était qu’éclat d’or et de rubis. Yannick se dit que cette salle ressemblait beaucoup à la robe d’Ivana. Elle n’était que beauté et magnificence. Le jeune homme  remplit un premier sac, puis il aperçut une autre lueur, bleutée cette fois. Il déposa son premier sac et entra dans la seconde galerie.

Peu à peu les murs suintaient de paillettes saphir. Plus il avançait et  plus les pierres précieuses grossissaient. Elles semblaient être enchâssées dans les veines d’argent des parois.

-      C’est magnifique pensa Yannick…Tout aussi bleu que  les yeux d’Ivana.

Il prit encore quelques pierres, et lorsque le second sac fut rempli, il distingua une nouvelle lueur. Il posa le sac de saphir et d’argent, et se dirigea vers le fond de la mine.

Ce n’était pas le même genre de lueur. Celle-ci vacillait joyeusement. En progressant prudemment, Yannick entendit  comme une musique, puis des rires qui fusaient. Curieux il hâta le pas.

 Oui, c’était bien un violon qui jouait un air endiablé.

 Arrivé à l’entrée de la nouvelle grotte, il fut stupéfait d’apercevoir une bande de joyeux gamins qui faisaient une ronde autour d’un grand feu de joie.

Il ne put retenir un petit cri de surprise, ce qui fit se retourner deux petits danseurs. Ils lui firent signe d’approcher et de se joindre à la farandole. Yannick accepta avec plaisir.

Il oubliait ses soucis et son dur labeur en retrouvant un peu son âme d’enfant au milieu de cette joyeuse bande.

.....Et Yannick dansa, dansa !

Mais tout à coup, au milieu des rires, il cru entendre le son d’une cloche….Mais, les lutins l’entrainèrent, pour un nouveau tour. La cloche se fit à nouveau entendre….

Yannick sembla cette fois sortir de sa douce torpeur.  

-      Quelle heure est-il à présent, mes amis.

A ces mots les petits Korrigans se mirent à rire presque méchamment.

 Le plus âgé s’approcha de Yannick.

-      Ne t’inquiète pas, d’ici quelques secondes, le temps n’existera plus pour toi. Viens danser !

-       Non ! Non ! Je dois partir, je l’ai promis à Ivana.

A ces derniers mots les rires des Korrigans se firent sarcastiques.

Yannick s’enfuit  le plus rapidement qu’il put, ramassa un premier sac, puis un second. Il sortit de la grotte au moment même où le dernier coup de minuit sonnait.

Il haletait et ne se rendit pas compte tout de suite, du désastre.

Ivana était devant lui, furieuse.

Qu’avait-il donc pu faire pour l’irriter à ce point.

Il posa à terre un premier sac qui chavira et d’où sortait un flot de pierres rouges et de pépites d’or….qui se transformèrent au contact du sol en sable blond. A sa grande stupéfaction, Yannick vit son second sac, se transformer de la même façon en cendres.

Les sacs gisaient à terre, ils avaient gardé leur petite taille, tandis que Yannick retrouvait peu à peu la sienne.  

-      Tu as triché ! Je t’avais offert un trésor, et tu as gâché ta chance.

Le gaillard incrédule, osa malgré tout répondre.

-      Mais…Je ne comprends pas, j’étais là à minuit !

-      Je ne te parle pas de cela ! qui t’a autorisé à voir mon peuple ?

Tu n’avais pas le droit !  

Yannick en resta bouche bée tandis qu’Ivana disparaissait à ses yeux.

 Il rentra tristement dans sa chaumière. Elle lui apparaissait encore plus misérable et délabrée que d’habitude.

Yannick fut envahi par une immense peine.

Cette nuit là, il pleura toutes les larmes de son pauvre corps.

Le lendemain il pleura encore et la nuit suivante aussi.

Ivana qui le surveillait du coin de l’œil, envoya un oiseau chargé d’un message.

-      D’où viens-tu bel oiseau ?

Mais l’oiseau ne répondit pas à cette question.

-      Et toi ! Pourquoi pleures-tu ?

-      je pleure ma bonne fortune ! J’avais devant moi, la plus belle des femmes de cette région et je l’ai trahit !

-       Tu  pleures donc les trésors qu’elle t’offrait ?

C’est ainsi que Yannick raconta à l’oiseau sa mésaventure.

L’oiseau vit qu’il était sincère et s’en revint vers Ivana.

-      Il n’est nullement intéressé par les richesses de ton peuple. Dans la première salle, il ne voyait que le reflet de ta robe, et dans la seconde celui de tes yeux. S’il est entré dans la troisième, c’est que son âme pure l’y a guidé. 

A cet instant la Reine des Korrigans fut prise de remords.

Le soir venu, elle frappa à la porte de la petite chaumière. Yannick lui ouvrit sans dire un mot, les yeux rougis.

-      Bonsoir. Je viens t’apporter un cadeau.

-      Je ne veux plus rien de toi ! Vas et poursuis ton chemin.

Ivana sortit de sous sa cape un grand plat de bois.

-      Tiens ceci, pour me faire pardonner !

Yannick prit le plat sans y prêter trop attention et le posa sur le buffet bas.

-      Non ! Pose-le sur ce trépied là, dans la cheminée…. Tu n’as rien mangé depuis trois jours.

Ivana lui parla d’une voix si douce, qu’il s’exécuta machinalement.

Dès que les flammes léchèrent le plat, celui-ci au lieu de bruler, se remplit d’un poulet doré à point et de quelques légumes de saison.

Un délicieux parfum embaumait désormais la chaumière.

Yannick, en souriant posa deux assiettes sur la table, et ils dinèrent tous deux, heureux.

La nuit était déjà tombée lorsqu’ Ivana quitta Yannick.

Ils ne devaient plus jamais se revoir.

 

A quelque temps de là, un beau dimanche, en rentrant de la messe, Yannick croisa une très belle jeune fille, toute de rouge vêtue.

Lorsque ses yeux d’un magnifique bleu, se posèrent sur lui, il sut à l’instant même qu’elle lui était destinée.

C’est ainsi qu’il se marièrent et vécurent très heureux entourés de leurs enfants. Ils ne manquèrent plus jamais de rien et mangèrent chaque jour à leur faim.

Dans ce petit village au pied des Monts d’ Arrée, les descendants de Yannick gardent encore précieusement de génération en génération, ce plat magique qui transforma la vie de leurs aïeux.

 Ne cherchez pas à savoir leur nom, c'est leur secret. Ils vivent modestement et mangent à leur faim chaque jour et pour toujours.

                                         Yvonne Delisle

Bonne journée 

 

     

N' hésitez pas à me laisser un petit commentaire !  

Repost 0

Qui Est Mamigoz ?

  • : Chez Mamigoz
  • Chez Mamigoz
  • : Tout faire avec rien, mais le faire bien. Free point de croix, tutoriels détaillés, cuisine bistro ou exotique, écologie-économie. Le savoir-faire de Mamigoz rien que pour vous.
  • Contact

Ma BOUTIQUE

BOUTIQUE MAMIGOZ

 

Englishblogger españolblogger Italianoblogger Deutschblogger Nederlandsblogger العربيةblogger
Russeblogger Japonaisblogger Portugaisblogger Chinoisblogger Coréenblogger Turcblogger
ελληνικάblogger српскиblogger Polskiblogger Danskeblogger Suomenblogger Svenskablogger

Recherche

Logos

logo-Ptitchef-mamigoz.jpg

logo Copains

recettes-de-cuisine-logo-11--copie-2.gif

Reine 45x60

roi 45x60

Tartines-grillees-au-chevre-frais-tomates--lardons--et.jpg

Logo2-Prince-de-Bretagne-Mamigoz.jpg 

Logo 150 250

 

quiquipost_logo1.gif

 

Visiteurs